< Niaux

-14000 ans

 

   Préhistoire

 

 

 

Nadia >

4 ans

et autisme

A l'origine de cette idée :

At the origin of this idea (English version)

 

Le lien entre la préhistoire et l'autisme n'est pas évident à première vue. En fait, il ne m'était pas apparu jusqu'à la fin de l'année 2000, bien que par mes intérêts passés et présent j'ai pu acquérir quelques notions élémentaires tant sur l'un que sur l'autre.

Le déclic s'est fait à la lecture d'un dossier de la revue "Scientific American" sur la "Théorie des memes". "The Power of Memes", Scientific American, Volume 283, Number 4, October 2000.

Un "meme" est une unité de base de l'imitation, reproduite à plus ou moins grand nombre par les membres d'une population. La théorie est fondée sur une analogie entre la réplication des gènes et la   réplication des ”memes”. Les memes bien adaptés se reproduisent et survivent, les autres disparaissent. 

En lisant le dossier, je ne pouvais m'empêcher de penser que l'imitation chez les personnes atteintes d'autisme ne suivait pas vraiment cette théorie. L'imitation est souvent très déficiente d'un point de vue pragmatique bien qu'elle soit parfois remarquablement fidèle verbalement (on parle alors d'écholalie) ou gestuellement (on parle dans ce cas d'échopraxie).

Mes connaissance très élémentaires sur la théorie de l'évolution me faisaient également penser qu'une théorie basée purement sur l'imitation ne pouvait expliquer l'évolution des comportements. Il fallait, comme pour l'évolution génétique que des perturbateurs viennent provoquer des changements pour que de nouveau memes apparaissent et que les mieux adaptés survivent. J'ai éprouvé le besoin d'écrire ces quelques réflexions à propos de la théorie des memes dans quelques textes (en anglais car je correspondais avec un professeurs londonien et je n'ai pas eu le temps de traduire ces textes...)

L'association avec l'autisme s'est alors faite : les comportements étranges de certaines de ces personnes, peu soucieuses des convenances sociales, ne pouvaient ils agir justement comme des perturbateurs. De plus quelques une des personnes autistes ont des capacités réellement extraordinaires dans des domaines particuliers, mémoire, vision, orientation, capacités innées au dessin. Même dans leur écholalie et leur échopraxie, certaine personnes autistes sont parfois un miroir cruel de nos propres expressions qui peuvent être une raison de changement...

Enfin, les capacités d'imitation à l'identique peuvent être immédiates mais aussi différées. Ainsi une personne autiste va imiter à la perfection une scène qu'il ou elle a vue des heures, voire des jours auparavant.

Cette mémoire des situations combinées à des capacités innées au dessin ne pourraient elles donner des voies d'explications aux mystères de l'apparition de l'art pariétal du paléolithique, comme à Chauvet, Lascaux, Niaux, Roufignac, etc. ?

C'est sur ces quelques idées que j'ai commencé à travailler avec passion sur ce sujet.

Articles:

 

 

 

 

In English 

At the origin of this idea:

 The link between prehistory and autism is not obvious at first sight. In fact, it had not appeared to me until the end of the year 2000, although by my past and present interests I could acquire some elementary concepts as well on one as on the other.

 The trigger came from reading special dossier of "Scientific American" on the "Theory of memes". ("The Power of Memes", Scientific American, Volume 283, Number 4, October 2000). A "Meme" is a basic unit of imitation, reproduced in more or less great number by the members of a population. The theory is founded on an analogy between the replication of genes and the replication of "memes". The well adapted memes reproduce and survive through imitation, the others disappear.  

While reading the file articles, I could not stop from thinking that the imitation performed by people with  autism did not really follow this theory. For them, imitation is often very defective from a pragmatic point of view, yet it is sometimes remarkably faithful on a verbal aspect (one speaks then about echolalia) or gestures (one speaks in this case about echopraxia).

My very elementary knowledge on the theory of the evolution also made me think that a theory based purely on the imitation could not explain the evolution of behaviours. It was necessary, as for genetic evolution that perturbation come in to cause changes so that new memes appear and that fittest survive. I felt the need to write a few reflections in connection with the theory of memes (clic here to see some of these texts)

The link with autism was then done: couldn't the strange behaviours of some people with autism, not very concerned social skills,  make them precisely act like perturbators ? Moreover some of the people with autism have really extraordinary capacities in particular fields, memory, vision, orientation, innate capacities with the drawing. Even in their echolalia and their echopraxia : certain people with autism are sometimes a cruel mirror of our own expressions which can be a reason of change...

Lastly, the capacities of imitation to identical can be immediate but be also differed. Thus a person with autism will imitate to the perfection a scene that he/she saw hours, even days before. This memory of the situations combined with innate capacities with drawing could possibly provide some explanations to the mysteries of the appearance of the parietal art of the Palaeolithic era, as in Chauvet, Lascaux, Niaux, Roufignac, etc. ? It is on these some ideas that I started to work with passion on this subject.

 

ARTICLES